La e-santé francaise

patient connecté

Télémédecine a été affichée comme l’une des priorités d’Emmanuel Macron dans son programme électoral. En effet, il s’avère que notre pays est encore en retard dans ce domaine. Mais pour rendre le système de soin plus efficace, il faut prévoir au minimum plus de 5 milliards d’euros pour moderniser les hôpitaux, et aider au développement des startups très innovantes en e-santé.

 

Retard sur de e-santé en France

L’e-santé est selon les Français un moyen efficace pour améliorer certains axes du système de santé, mais plus d’une personne sur deux estime que la France est en retard dans ce domaine. 81% estiment qu’elle peut améliorer la coordination des professionnels de santé et 77% pensent qu’elle est idéale pour suivre les indicateurs biologiques de santé, comme le pouls, la tension ou le poids.

 

Les nouvelles habitudes à adopter dans un avenir très proche ?

Dans 5 ans, le Français aura l’habitude de prendre son téléphone et de consulter en ligne, ou d’avoir un médecin par téléphone pour avoir un premier triage numérique. Aux Etats-Unis, 50% des interactions entre un médecin et un patient sont assurées par une plateforme digitale ; ce qui n’est pas encore le cas en France. Deux tiers considèrent que l’e-santé est efficace pour lutter contre les déserts médicaux. 47% de Français ont avoué n’avoir « aucun outil » de e-santé tandis que 35% disent avoir fréquenté des sites internet d’information en santé et 8% utilisent des applications mobiles en santé. 7% utilisent des dispositifs médicaux communicants ou des objets connectés. Par ailleurs, 14% assurent disposer d’un dossier médical personnel (DMP). Quant aux obstacles de l’utilisation des technologies de communication en matière de santé, 41% ont des « craintes quant à la confidentialité des données personnelles » et 38% ont peur des problèmes techniques ou des erreurs.

Un jour, il y aura plus de suivis numérisés et des systèmes d’alerte, ce qui aidera beaucoup les patients à avoir une idée leur état de santé et savoir s’il y a une anomalie. Prochainement le domaine médical et hospitalier sera davantage axé sur les interventions et sur les moments de crise. En optant pour cette logique, le médecin ne sera interpellé qu’en cas d’intervention. Dans 15 ans, l’intelligence artificielle aura fait de grands progrès, on aura donc les moyens de mettre en place ce que l’on appelle la médecine de précision. On sera en mesure de soigner les gens en fonction de leur ADN.

 

e-santé est dossiers médicaux

Quand on dit e-santé, on pense automatiquement aux dossiers médicaux des patients, c’est-à-dire le dossier pharmaceutique ou le dossier médical partagé, le big data pour la recherche scientifique et l’amélioration du suivi des patients, ou encore les objets connectés et les applications mobiles pour que le patient soit informé sur son état de santé et sa maladie. Elle comprend également les sites Internet dédiés à la santé à la prise de rendez-vous médicaux. Les systèmes d’information en santé et les hébergeurs de données agréés constituent le must de ces offres, dont la qualité est censée assurer la protection contre les cyberattaques éventuelles.

 

Pour plus d’infos sur les nouvelles technologies médicales, suivez-ce lien www.standard-externalisé.info !